quand le Département va…

Ce lundi 20 octobre je suis intervenu en assemblée plénière du Conseil général pour l’approbation du Plan d’actions du contrat d’aménagement et de développement durables de l’arrondissement de Lille préparé par Martine Filleul…
Ceux qui me connaissent savent toutes les précautions que je peux prendre dès lors qu’il s’agit de parler d’aménagement du territoire tant le risque est grand de manier de grands concepts qui ne rassurent au final que les spécialistes. Le danger c’est de laisser les citoyens livrés à leur propre conviction que les élus ne peuvent de toute façon rien pour changer le cours des choses comme si l’avenir n’était qu’une succession d’incohérences, d’imprévus et d’accidents, pour ne pas dire une fatalité !
Il fut un temps où la population tenait pour planche de salut le fait que « quand le bâtiment va tout va » et les collectivités, emboitant le pas aux services de l’Etat, aménageaient le territoire en « disposant des équipements structurants » en maillant le territoire à part égale, à grands tracés d’infrastructures et de plans tirés sur la comète. Nous avons bien évolué, mais je ne suis pas certain que nous en soyons tous totalement revenus. Mêmes nos tentatives de replâtrage à grands coups de « vivre ensemble » de ce que l’on appelait autrefois les « grands ensembles » commencent à ne plus faire illusion… Cela ne parvient pas à cacher des fractures sociales toujours plus béantes. Peut-être ne savons-nous pas dire les choses suffisamment simplement ?
Pire, il nous faut maintenant lutter contre la tentation d’une part de plus en plus importante de la population qui, face aux incertitudes de notre monde, ne voit plus de solution que dans le rétrograde, le repli sur soi, vous voyez… quand c’était beaucoup mieux avant, quand ça fleurait bon le terroir, quand tout le monde marchait à pas cadencé bien en rang…
Mais voilà, heureusement, le monde d’aujourd’hui ne fonctionne plus comme ça : il y a belle lurette qu’on ne distingue plus les Nordistes des villes et les Nordistes des champs! Nous vivons dans un monde toujours plus complexe, dans une société de plus en plus réactive. Nous réalisons que l’existence même de l’institution départementale n’est plus aussi sûrement acquise, alors vous pensez bien… arrêter des plans à l’avance pour le bien des administrés et promettre leur réalisation comme si elles devaient se dérouler de façon mécanique… Peut-être devons nous apprendre à parler plus franchement ? C’est ça le grand mérite du travail que Martine Filleul nous propose aujourd’hui : il sait composer entre grandes ambitions et petites attentions. Il ne cède jamais aux certitudes. Surtout, il se garde bien de toute prétention.
Valider aujourd’hui le Plan d’actions du Contrat d’Aménagement et de Développement Durable de l’arrondissement de Lille c’est donc tout sauf une formalité administrative ou une décision définitive. C’est juste la preuve vivante que l’on peut travailler de la même manière, dans le Cambrésis et en métropole lilloise, dans le même dialogue entre collectivités, services de l’Etat, organismes consulaires et la société civile en général.
Alors oui, certains feront remarquer qu’il y a quand même dans ce plan des projets d’investissement lourds qui ne « nous » concernent pas. Je pense au soutien au déploiement du réseau Très Haut Débit ou au doublement de la capacité du métro de la métropole… Mais le Département n’est pas un dinosaure incapable de s’adapter à son temps, c’est un organisme vivant, constitué de Nordistes conscient d’évoluer dans un écosystème en pleine évolution fait de lobbys, d’organismes consulaires, de collectivités parsemées de compétences et de découpages administratifs… Il agit, il s’adapte en avançant, il pense résolument à l’avenir de ses habitants.
Il ne vous aura pas échappé que, dans le contexte de la réforme territoriale, la portée de ce plan consacré à l’arrondissement de Lille est donc tout à fait symbolique. Qu’il se nomme Nord, Nord Pas-de-Calais Picardie, Eurométropole, Aire métropolitaine de Lille ou que sais-je encore, l’ensemble des espaces de vie quotidiens que partagent les Nordistes, pour être édifiés en collectivité ont besoin d’une clé de voûte fiable. Qu’on le veuille ou pas, c’est un fait, c’est la métropole lilloise.
J’inverserai même le propos en prétendant à l’inverse qu’il n’y a d’ailleurs aucune raison que les Nordistes de la métropole fassent l’objet de moins d’attention de la part du Département. Je ne veux citer en exemple de cela qu’une seule des 1039 actions et des 126 projets départementaux proposés et rigoureusement agencés dans ce projet. C’est sans doute celui qui peut paraître le plus anecdotique. Il est pourtant essentiel. C’est le soutien technique du Département pour qu’un médiateur puisse lire des albums sur l’aire d’accueil des gens du voyage à Mons en Baroeul. Voilà… je ne vous fais pas de théorie sur l’effet papillon dans le développement durable… Je constate l’utilité de tous les projets retenus, quelle que soit sa situation, quelle que soit sa dimension.
Alors évidemment ceux qui pensent encore qu’aménager le territoire se résume à additionner les kilomètres de routes départementales en resteront pour leur frais…
Je vous le dis, au final, l’important aujourd’hui, c’est de signer un contrat moral entre tous les Nordistes, quelles que soient leurs origines ou leurs aspirations. Quelles que soient les postures de principes et les grandes déclarations. Notre projet n’a pas d’autre prétention que de faire attention à son prochain, composer avec son voisin, s’accorder à regarder le même horizon demain, dans 1 an, dans 3, 6 ans (et c’est déjà bien loin !).
Fort de cette conviction, vous me permettrez de m’approprier un slogan porté autrefois à Lille métropole par Pierre Mauroy : je dirais que plus encore qu’un document qui nous « rassemble », c’est surtout (et c’est bien là l’essentiel) un document qui nous « ressemble » ! … dans toute notre diversité, nos sensibilités… et nos contradictions…
Au delà de nos appartenances politiques, en nous reconnaissant tous dans ce projet en tant que modestes représentants nordistes puissions-nous donc rendre confiance à nos concitoyens afin qu’ils puissent penser, sinon dire, « quand le Département va, tout va ! ».

Catégorie : la politique, la ville