Du respect des gens

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne sais pas si au lendemain de ces désastreuses élections régionales, il est vraiment nécessaire de s’appesantir davantage sur les maux des centaines de milliers d’électeurs sincèrement concernés, obligés de tourner casaque en 48h chrono à grands coups de consignes de vote. Avant de s’attribuer le mérite du front républicain, ne faut-il pas commencer à reconnaitre à chaque citoyen ce qui appartient à chaque citoyen : voter ou pas, pour qui, pourquoi ? Les consignes du parti, les appels à voter de nos responsables comptent, mais chacun en politique est d’abord responsable de ses paroles et de ses actes y compris de ses propres cuites !

En l’occurrence depuis les municipales, les européennes, les départementales et maintenant les régionales, aujourd’hui, au Nord, beaucoup de gens de gauche ressortent sinon KO, tout au moins ressentent une très grosse fatigue !

Comment ne pas en vouloir à celles et ceux qui, incapables d’échapper à leurs instincts politiciens primaires ne veulent pas admettre que les temps ont changés ? Comment sont-ils aussi incapables de voir venir l’échec ? Comment peuvent-ils à ce point oublier le bon sens populaire? Ne sait-on rien faire d’autre que beugler « l’humain d’abord ! » ? Comme si aujourd’hui nous étions insensibles au malheur des autres, incapables de bienveillance pour notre prochain, bêtes à perdre la raison ? Ne voyez-vous donc pas comment le Père Noël à coups de grandes messes, de slogans infantilisants et de sourires niais s’invite dans les foyers d’Hénin-Beaumont ?

Pour utiliser une image audacieuse, ce ne sont quand même pas les « Raymond Domenech » des dernières élections qui vont nous expliquer comment on gagne un match, fût-il électoral.

Si je ne suis absolument pas d’accord avec de nombreuses idées de Xavier Bertrand ne serait-ce que pour son opposition au mariage pour tous ou cette idée aussi dévastatrice que farfelue de confier l’écologie à un chasseur, je dois reconnaître cependant qu’il a su toucher juste et bien en déclarant au soir de cette élection que « cette victoire c’est d’abord celle des gens du Nord ». Cette déclaration, je veux la croire sincère. En tout cas je la fais mienne : il faut inverser la vapeur, l’ordre des priorités et agir avec bon sens : avant les éléphants du parti, les militants, les citoyens, il y a des gens avec un vécu, des émotions, des ressentis et des représentations qui, dans cette diversité, sont capables de raison et d’opinion.

Du PS à l’ex-UMP, au cœur de la République, je dis stop aux pervers narcissiques, aux enfants gâtés casseurs de leurs joujoux, aux exploseurs de points de retraite politique comme aux petits selfie-arrivistes qui sur-dramatisent ou sur-jouent sur le dos des plus fragiles ! Il est grand temps de donner un sacré coup de pied dans la crèche des LePen où la fille et la petite fille de Pierrette et Jean-Marie conchient les oubliés de la République ! Il est plus qu’urgent de retrouver nos esprits.

L’année qui s’achève a suffisamment eu son lot de drames. Avant de faire la guerre à la fédé, déclarer l’état d’urgence dans les sections, avant de prendre des engagements que nous ne savons pas tenir devant les citoyens, si on déclarait d’avance la trêve des grands diseurs et qu’on commençait simplement par marquer un peu de respect aux gens ? Histoire d’humilité, de bienveillance et d’attentions pour retrouver nos esprits et commencer à voir poindre la lumière…

 

Catégorie : la politique